Design fiction : Designer pour une société qui n’existe pas … encore !

Design fiction : Designer pour une société qui n’existe pas … encore !

Le terme de “desi­gn fic­tion” inven­té par Bruce Ster­ling en 2005 puis déve­lop­pé en 2009 par Julian Blee­cker est une pra­tique du desi­gn qui explore des futurs pro­bables, pos­sibles, ou com­plè­te­ment spéculatifs.

Contrai­re­ment aux démarches clas­siques du desi­gn qui répondent à une com­mande en créant un objet, un ser­vice ou une appli­ca­tion, l’ob­jec­tif du desi­gn fic­tion est de maté­ria­li­ser des scé­na­rios pos­sibles pour ensuite les mettre en débat, ques­tion­ner le futur. Tour d’horizon des der­nières créa­tions en la matière !

 

O.D.N.I.

Juin 2002, Wired et le Time Maga­zine, s’enthousiasment pour l’invention d’un étrange implant den­taire fai­sant office de télé­phone connec­té. La pro­thèse minia­ture, dont l’installation ne néces­site qu’un bref pas­sage chez le den­tiste, pro­met alors de « révo­lu­tion­ner la com­mu­ni­ca­tion personnelle ».
300 ans après Des­cartes, l’homme-machine revient nous hanter.

James Auger and Jim­my Loizeau

 

Dans le quo­ti­dien à venir du cata­logue TBD, fini l’ennui des mornes tra­jets en Google Car. The Miguel Bay Dri­ving Expe­rience Com­pa­ny vous pro­pose un spray à appli­quer sur les vitres du véhi­cule, pour enri­chir le pay­sage de catas­trophes natu­relles, d’explosions dignes d’Hollywood ou d’invasions mili­taires « tel­le­ment réa­listes que vous vous accro­che­rez au volant ». Dans celui d’IKEA, vous loue­rez des pièces sup­plé­men­taires pour rece­voir des invi­tés sup­plé­men­taires dans votre appartement.

La pop culture hurle aus­si son impa­tience d’être prédictive.

Mino­ri­ty Report est deve­nu depuis sa sor­tie en 2002 une sorte de bench­mark Mil­le­nial. On se sou­vient notam­ment de l’immense sur­face tac­tile des locaux de la Pré­crime, conçue en col­la­bo­ra­tion avec une équipe d’ingénieurs du MIT, pré­fi­gu­rant autant le contrôle à dis­tance des futurs Nin­ten­do Wii et Micro­soft Kinect, que l’avènement à venir des désor­mais incon­tour­nables inter­faces tactiles.

 

 

Desi­gn friction

Fric­tion, bien-sûr. Sinon com­ment repen­ser le monisme de notre espèce pour auto­ri­ser d’autres règnes du vivant.

SELFORG pro­pose l’idée d’un « monde plus doux » où la tech­no­lo­gie des maté­riaux de fibre s’est déve­lop­pée pour deve­nir le maté­riau consti­tu­tif prin­ci­pal d’une socié­té. Ain­si, nous aurions la pos­si­bi­li­té par exemple de répa­rer des routes juste en semant quelques graines. Celles-ci vien­draient com­bler les trous grâce au déve­lop­pe­ment des fibres.

SELFORG Takram

 

Plus inti­me­ment dis­rup­tif, des cher­cheurs ont décou­vert que les tis­sus végé­taux et humains par­tagent des simi­li­tudes micro­sco­piques fai­sant de l’hybridation entre ces deux royaumes, géné­ra­le­ment consi­dé­rés comme sépa­rés, une pos­si­bi­li­té. Ain­si, l’utilisation de plantes comme matière pre­mière pour la créa­tion d’organes com­pa­tibles avec l’homme est aujourd’hui réalisable.

Marie Decler­fayt / Aca­dé­mie de desi­gn Eindhoven

 

Pour être effi­cace, l’exercice doit repen­ser le ques­tion­ne­ment ini­tial. Par exemple, la ques­tion très actuelle de l’accès à l’eau est ici retour­née et se concentre sur l’amélioration de la ges­tion de la perte hydrique de notre corps. Si notre corps perd moins d’eau, a‑t-on encore besoin de consom­mer autant de bou­teilles en plas­tique ? Ain­si la pro­blé­ma­tique de l’eau dépasse le packa­ging et amène le desi­gner à créer des organes arti­fi­ciels qui per­mettent à notre corps de perdre un mini­mum d’eau et ain­si de réduire notre consommation.

She­nu: Sys­tème hydrolemique

 

Le desi­gn fic­tion repense éga­le­ment notre façon de com­mu­ni­quer avec les intel­li­gences arti­fi­cielles, comme Ama­zon, Alexa ou Siri. Ain­si à tra­vers l’analyse de nos com­por­te­ments et de notre envi­ron­ne­ment, ces assis­tants « intel­li­gents » pour­ront nous sug­gé­rer un futur sou­hai­table et coa­che­ront nos envies. Dans cette rela­tion tron­quée, notre libre-arbitre s’évanouit et nous interroge.

Making of Home Shrine / Yosuke Ushigome

 

Enfin, abou­tis­sons cette quête d’avenirs incer­tains par le plus pré­vi­sible de nos deve­nirs : Notre inévi­table départ spa­cial, et sa néces­saire logis­tique ali­men­taire, pal­lia­tive de l’abandon du nid. C’est le concept packa­ging zéro G (gamme de packa­ging ali­men­taire com­pen­sa­teur des carences de nos corps en milieu spa­tial et/ou en hypo­som­meil), qui nous impose de regar­der en face notre future inhumanité.

 

Louis Ber­ger / La marque zéro G

 

 

 

For­cer une vision : a dai­ly routine

Parce l’homo sapiens est jeu et simu­la­tion. Parce que l’avenir nous terrifie.Parce qu’une aber­ra­tion fait par­tie des pos­sibles. Parce que nous n’aliénerons jamais notre droit à remettre nos véri­tés en question.

Alors le desi­gn fic­tion s’installe comme notre meilleure capa­ci­té à écrire notre futur avec cou­rage et luci­di­té. Sans peur. Sans regrets.

Et avec pleins de mor­ceaux de brillant futur à l’intérieur !

 

 

Vincent VIARD, Struc­tu­ral Desi­gn Manager

1650 1100 France