Regards croisés : Less is More, côté design

Regards croisés : Less is More, côté design

 

Minimaliste, écouteurs PanasonicL’optimisation ré-enchantée

Plus qu’une simple ten­dance, le mini­ma­liste est un style. Il a comme prin­cipe l’essentiel, tout en conser­vant le capi­tal de recon­nais­sance de la marque.

Mies van der Rohe for­mule le pre­mier slo­gan du mini­ma­lisme : le fameux « Less is more ».

Cette atti­tude doit être com­prise comme une manière de conce­voir dans un sou­ci d’épure et d’économie de moyens, pour 3 dif­fé­rentes raisons :

  • Valo­ri­ser la fonction
  • Ico­ni­ci­ser l’instant
  • Épou­ser la vérité

Une recherche du vrai, la volon­té de ne rien cacher, une démarche éthique sous-tend ain­si la pra­tique minimaliste.

 

Valoriser la fonction

 

Le mini­ma­lisme glo­ri­fie la fonc­tion d’un pro­duit. Comme un emblème, sup­port de tous les mythes et de tous les fantasmes.

En sou­li­gnant l’immédiateté cog­ni­tive entre un packa­ging et son usage, l’idée même du super­fi­ciel disparait.

Mais l’exercice est périlleux, et le mes­sage, faute de sou­tien péri­phé­rique, doit être extrê­me­ment clair et juste. Sans quoi s’ouvrirait un abime d’incompréhension et une sus­pi­cion d’incompétence pour la marque.

 

Iconiciser l’instant

Meh­met Gozet­lik réin­ter­prète les marques connues dans une démarche créa­tive qua­si reli­gieuse. L’objectif est moins d’épurer les assets de la marque, que de la valo­ri­ser en la sanc­tua­ri­sant : créer une icône ; éta­blir une recon­nais­sance immé­diate, animale.

Mais atten­tion ! Les icones sont rares et les pre­mières marques à faire l’exercice capi­ta­lisent un mar­ché de l’image res­treint et pré­cieux, car hyper-efficace.

Packaging bouteilles Evian

Packaging bières Guinness

 

Épouser la vérité

Minimaliste packaging

Épou­ser la véri­té c’est réduire le packa­ging à sa nudi­té vir­gi­nale ; déci­der qu’une valeur morale absente de toute dis­si­mu­la­tion vaut tous les dis­cours mar­ke­ting du monde.

Sans sacri­fier la recon­nais­sance, tra­vailler le conte­nant pour que les assets de la marque imprègnent inti­me­ment le mes­sage de la forme.

Enfin, rendre l’évidence tac­tile ; résu­mer l’expérience uti­li­sa­teur par la beau­té élé­gante d’une ges­tuelle simplissime.

Mais atten­tion, sim­pli­ci­té n’est pas sim­plisme. Notre mode de consom­ma­tion exige un mini­mum d’information. Trop d’épure sou­li­gne­rait juste un manque de consi­dé­ra­tion des fans de la marque.

 

 

CE QU’IL FAUT RETENIR …

 

Le packa­ging traine comme un bou­let son arti­fi­cia­li­té. Il reste pour­tant néces­saire. Il n’est pas, comme on le croit trop sou­vent, le fruit de l’ère indus­trielle. Il est issu de l’aube du monde et carac­té­ris­tique de notre sta­tut d’espèce pen­sante. Il doit être repen­sé pour satis­faire aux exi­gences de notre époque, écœu­rée de trop de tout.

Le mou­ve­ment mini­ma­liste est une manière abso­lue et res­pec­tueuse d’aborder ce défi. Il enté­rine l’espérance d’une consom­ma­tion plus essen­tielle, plus saine et plus morale.

Il est un idéal qui, loin du raf­fi­ne­ment baroque d’une acti­vi­té humaine débri­dée, recentre nos éner­gies sur notre occu­pa­tion prin­ci­pale : vivre plei­ne­ment notre vie !

 

Vincent VIARD, Struc­tu­ral Desi­gn Manager

 

Et côté marque, ça donne quoi ? Retrou­vez le regard de Kim Hart­mann, Head of Stra­te­gic Plan­ning au sein de l’agence, sur ce même sujet ?  : Less is more, côté marque.

 

Inté­res­sé par ce type de pro­jets ? Sachez que l’agence est notam­ment dotée d’un pôle struc­tu­ral desi­gn, pou­vant vous accom­pa­gner dans vos pro­jets Contac­tez-nous !

 

 

2560 1920 France