L’Œil de Gwenola : confiné et… utile !

L’Œil de Gwenola : confiné et… utile !

Face à la situa­tion inédite, nous ins­tau­rons un nou­veau moment de par­tage. Chaque semaine un de nos col­la­bo­ra­teurs nous livre sa pen­sée et son res­sen­ti. Aujourd’hui, Gwe­no­la Le Ray, Inter­na­tio­nal Deve­lop­ment Mana­ger, répond à nos ques­tions du cocon pari­sien où elle est confi­née et…utile !  

 

En quoi la crise sani­taire actuelle a‑t-elle d’ores et déjà chan­gé la donne ?

 

Je vois pas mal de publi­ca­tions qui parlent de la fin du néo­li­bé­ra­lisme. Même si le capi­ta­lisme ne va pas dis­pa­raître, le sys­tème est en train d’évoluer et les entre­prises, plus soli­daires, plus citoyennes, y jouent déjà un rôle clé : Per­nod Ricard qui fait don de son stock d’alcool à un labo pour la fabri­ca­tion de gel hydroal­co­lique, P&G qui modi­fie sa pro­duc­tion pour être à même de livrer ces gels à des hôpi­taux, ou Gibaud qui bas­cule vers la fabri­ca­tion de masques de pro­tec­tion … J’ai été frap­pée par la vitesse à laquelle les entre­prises se sont adap­tées, dans leur façon de (télé)travailler mais aus­si dans leur chaîne de pro­duc­tion et leurs inno­va­tions, pour être réel­le­ment utiles à leurs employés, leurs clients, leurs conci­toyens… Je crois qu’aujourd’hui tout le monde a com­pris que l’engagement passe par des actes, que l’indignation ne se vit plus confor­ta­ble­ment ins­tal­lé der­rière son ordi­na­teur. Il me semble que les gens n’ont jamais autant res­sen­ti l’envie, le besoin d’être utile. Je pense que nous serons bien plus nom­breux, dans le futur, à nous impli­quer et à nous battre pour de meilleures condi­tions de tra­vail dans les sec­teurs clés, même si nous ne sommes pas concer­nés direc­te­ment… car dans le fond on réa­lise bien aujourd’hui qu’on est tous concer­nés au final !

 

 

Com­ment les valeurs de l’entreprise doivent-elle évoluer ?

 

L’entreprise est un orga­nisme vivant, avec un fon­da­teur, une his­toire, une mis­sion, elle ne va pas tout à coup s’inventer des valeurs à l’aune de la crise. Cha­cune doit faire avec ce qu’elle est, avec ce qu’elle a, de façon authen­tique, trans­pa­rente, en évi­tant à tout prix la com­mu­ni­ca­tion « bull­shit ». En ces temps où tout change tout le temps, où les véri­tés et les cer­ti­tudes volent en éclat, je pense que la valeur fon­da­men­tale sur laquelle doit se concen­trer Logic Desi­gn, c’est l’humilité. Obser­ver ce qui se passe, ce qui se joue, en se gar­dant de don­ner des leçons. Fina­le­ment, c’est une atti­tude cohé­rente avec notre démarche consu­mer-cen­tric, où l’on part des attentes, des aspi­ra­tions, des com­por­te­ments des indi­vi­dus pour ima­gi­ner les solu­tions avec eux. Je pense que nos clients vont faire de même avec leurs marques. Cha­cun va devoir s’ajuster, s’adapter, se mettre plus que jamais à la place de l’autre, pour com­prendre ses besoins réels.

Il en est de même pour nous tous, depuis le début de la crise sani­taire. Tous les jours, on s’adapte…on n’a pas le choix. On est tous confi­nés, réduits à des îlots (socié­té, entre­prise, foyer, indi­vi­du…), ame­nés à reve­nir à l’essentiel et à revoir la hié­rar­chie de nos valeurs. C’est l’ensemble de ces prises de conscience qui, par un effet domi­no, va finir par chan­ger la donne.

 

 

Com­ment, jus­te­ment, se posi­tion­ner pour être utile ?

 

Je suis convain­cue qu’il faut se foca­li­ser et capi­ta­li­ser sur ce qu’on sait faire, et mettre ce savoir-faire au ser­vice des conci­toyens. Par­fois, il s’agit de redi­ri­ger ses com­pé­tences comme l’a fait Dys­on en inven­tant, dans l’urgence et en un temps record, un ven­ti­la­teur des­ti­né aux hos­pi­ta­li­sés atteints du coro­na­vi­rus. Cha­cun fait ce qu’il peut à son niveau pour aider. Même l’industrie de la mode, répu­tée super­fi­cielle et pol­luante, revient à ses fon­da­men­taux de fabri­quant de tex­tile et devient soli­daire en pro­dui­sant des masques. De même le desi­gn, loin du mar­ke­ting creux et ver­beux, peut s’avérer utile pour faire pas­ser un mes­sage, infor­mer, ras­su­rer. Il n’y a qu’à voir l’impact sur les réseaux sociaux de l’affiche RESTEZ A LA MAISON créée par le gra­phiste Mathieu Per­san pour inci­ter les Fran­çais à “sau­ver des vies” en res­tant chez eux.

La même ques­tion se pose à cha­cun de nous : Qu’est-ce que je peux faire avec ce que j’ai ? Moi-même, en télé­tra­vail et confi­née dans mes 30m2, j’essaie de faire de mon mieux. Déjà don­ner mon sang vu que je suis don­neuse uni­ver­selle, c’est une de mes « com­pé­tences » utiles 🙂 . Pour le reste, j’essaie d’être là plus que jamais pour mes amis, ma famille, avec du yoga tous ensemble et en visio­con­fé­rence ; ou encore en fai­sant des petits bacs au télé­phone avec ma grand-mère Suzanne. J’agis aus­si en col­lègue soli­daire… même si c’est avec des petits riens, comme sur notre groupe interne Face­book, avec une play­list col­la­bo­ra­tive Spo­ti­fy pour gar­der le moral. Je recrée des ren­dez-vous vir­tuels et des ins­tants papo­tage avec mon équipe, car ça fait par­tie inté­grante du plai­sir au tra­vail. Et après le confi­ne­ment, je suis sûre que nous serons super heu­reux de retour­ner au bureau, de retrou­ver nos cama­rades de bou­lot et de lan­cer mille bon­jours par jour.

 

Et vous, qu’en pen­sez-vous ? Que vous ins­pirent ces questions ?

 

Pre­nez part au débat et envoyez-nous les ques­tions que vous vous posez par mail ou sur ins­ta­gram !

 

A la semaine pro­chaine, pour un nou­veau regard, d’un autre espace confiné. 

D’ici là, pre­nez soin de vous !

 

Tous nos avis d’experts sont dis­po­nibles ici !

Mots clés : agence de bran­ding, télé­tra­vail, enga­ge­ment, soli­daire, confi­née, utile

1668 1070 France