Récit prospectif — Paris, le 26 avril 2050

récit prospectif

Récit prospectif — Paris, le 26 avril 2050

Alors que le confi­ne­ment a accé­lé­ré la créa­tion de nou­velles formes de récits, il est temps de réin­ven­ter ceux du monde d’après… Au croi­se­ment du récit d’anticipation, de la revue de ten­dance, et la cor­res­pon­dance épis­to­laire, décou­vrez l’é­change entre deux étu­diants des temps futurs, qui — à l’heure où les fron­tières se referment —  font face à la signi­fi­ca­tion nou­velle du mot ‘voyage’ . Prêt pour l’a­ven­ture ? On vous embarque !

 

 

Paris, le 26 avril 2050

 

Mei, ma chère amie,

 

Je t’écris aujourd’hui avec la peur de ne jamais te ren­con­trer en chair et os, toi qui es à l’autre bout du monde. Je viens d’assister au dis­cours d’investiture de Gre­ta Thun­berg, pre­mière pré­si­dente de la coa­li­tion mon­diale. Nous sommes désor­mais gou­ver­nés par les mêmes lois et pour­tant nous n’avons jamais été aus­si loin les uns des autres, puisque tout est fait pour que cha­cun reste chez soi même si la pan­dé­mie fini­ra bien un jour.

 

Tu me connais, cer­taines des mesures prises par la pré­si­dente font mon bon­heur, je ne peux qu’abonder dans le sens des théo­ries éco­no­miques plus justes et plus inclu­sives, c’est un vrai pro­grès pour l’humanité et notre Terre à tous. Les entre­prises freinent leur quête de crois­sance en alliant ren­ta­bi­li­té, jus­tice sociale et enjeux envi­ron­ne­men­taux, l’énergie doit être pro­duite et consom­mée à l’échelle du foyer, l’élevage mas­sif des ani­maux est limi­té et les alter­na­tives ali­men­taires se mul­ti­plient (j’ai man­gé un steak végé­tal hier, c’était divin, j’aurais vou­lu le par­ta­ger avec toi). Il devient obli­ga­toire de culti­ver ses propres légumes dans son jar­din qu’il soit per­son­nel ou par­ta­gé, l’eau ne coule plus sur demande, les construc­tions s’arrêtent… Enfin, la pla­nète peut souf­fler un grand coup !

 

Bien que ces mesures confortent mes convic­tions, elles me brisent le cœur. Les voyages en avion sont désor­mais for­mel­le­ment inter­dits, seul le cour­rier voyage par les airs. Nous devrons nous armer de patience si nous vou­lons nous regar­der dans les yeux un jour. Quand je pense qu’il y a encore quelques années, j’aurais pu prendre un Boeing et me retrou­ver au pas de ta porte en une poi­gnée d’heures, je ne peux pas m’empêcher d’être nos­tal­gique d’un temps que nous avons à peine connu, celui où nous étions mon­dia­li­sés pour de mau­vaises rai­sons. Peut-être que les 2 ou 3 géné­ra­tions qui nous ont pré­cé­dées ont oublié une chose essen­tielle : le monde se mérite !

 

Notre vais­seau est endom­ma­gé mais nous pou­vons le répa­rer tout en conti­nuant de voya­ger. Je vou­drais res­ter opti­miste. Je sou­hai­te­rais d’ailleurs te faire part d’une idée. Mes parents me demandent sans cesse ce que j’ai déci­dé pour l’année de mon bac et je vou­drais en dis­cu­ter avec toi avant de prendre une déci­sion car j’aurais besoin que tu m’héberges un moment. Je pense à étu­dier en voya­geant jusqu’en Chine pour te rejoindre, je ferai bon usage du temps que me pren­dra cette aven­ture à tra­vers les conti­nents. J’ai com­men­cé à me ren­sei­gner et c’est pos­sible. Cela pour­rait être grandiose !

 

Il existe une com­pa­gnie fer­ro­viaire en France (regarde en ligne, elle s’appelle SNCF) qui a mis en place un pro­gramme per­met­tant de voya­ger de France jusqu’en Chine tout en étu­diant. L’entreprise a mis en place un cur­sus sco­laire en par­te­na­riat avec Net­flix Edu­ca­tion. Les trains sont équi­pés d’écrans qui dif­fusent, selon le niveau et le domaine d’études, un nou­veau for­mat de cours en ligne. À mi-che­min entre le docu­men­taire et la leçon magis­trale en amphi­théâtre, les modules sont inter­ac­tifs et conçus pour main­te­nir l’intérêt des élèves de cours en cours. Mises en situa­tion, effets spé­ciaux, inter­views d’experts, docu­ments d’archives, tout y est… Le tea­ser m’a lais­sé sans voix ! Ajoute à cela des pro­fes­seurs incroyables. D’après ce que j’ai vu, les cours d’histoires sont don­nés par Yuval Noah Hara­ri, l’auteur de Sapiens : une brève his­toire de l’humanité ; les sciences de la vie natu­relle par le dis­ciple de David Atten­bo­rough qui a long­temps offi­cié sur la BBC ; la géo­gra­phie par Yann Arthus-Ber­trand, et j’en passe ! En deux mots les meilleurs pro­fes­seurs du monde, autant te dire qu’aucune uni­ver­si­té ni pro­gramme de cours en ligne peut en pro­po­ser autant. Ce qui est bien avec Net­flix Edu­ca­tion c’est que les cours sont dis­po­nibles à vie une fois le cur­sus vali­dée (bien sûr que je te pas­se­rai mes codes) !

 

Plus concrè­te­ment, il s’agit d’un sys­tème de cours en mobi­li­té d’une durée d’un an soit le temps qu’il faut pour arri­ver en Chine en par­tant de Paris. Les étu­diants montent dans le train et sont répar­tis dans des wagons clas­sés par niveau et par domaine d’études et les cours sont don­nés tant que le train est en marche. Il s’arrête tous les deux jours et à chaque étape, les étu­diants doivent aider les com­mu­nau­tés locales et ensei­gner la culture de leur pays res­pec­tif. Le train fonc­tionne à l’énergie solaire et se déplace à très faible vitesse, rai­son pour laquelle je ne serais pas là avant l’année pro­chaine si je par­tais aujourd’hui.

 

Il existe la même chose pour se rendre sur le conti­nent amé­ri­cain ou les îles avec l’ancienne com­pa­gnie aérienne Air France deve­nue Mer France il y a peu, juste après son rachat par la SNCF. Avant les airs étaient le plus bel endroit de la Terre et main­te­nant ce sont les océans, puis fina­le­ment la Terre elle-même. En t’écrivant, je me rends compte à quel point le futur res­semble au pas­sé. Mes parents sont en boucle avec ça, on dirait que leur wifi bugge et qu’ils ne peuvent pas ouvrir de nou­vel onglet.

 

Qu’en penses-tu mon amie ? Ima­gine-nous ! Pour mon arri­vée on pour­rait louer un Airbnb thé­ma­tique : on se ren­drait aux États-Unis, au Cana­da ou ailleurs, mais depuis chez toi en Chine ! Le ser­vice s’est for­te­ment déve­lop­pé ces der­nières années grâce à Google Street et Google Museum. Parait-il qu’on a vrai­ment l’impression de vivre dans un appar­te­ment typique du pays qui nous inté­resse le plus. On pour­rait faire le tour du monde tous les deux sans quit­ter Bejing en se fai­sant un wee­kend de ce genre chaque semaine ou bien chaque mois. J’ai lu beau­coup de retours d’expérience et mul­ti­plié les visites vir­tuelles, ça semble vrai­ment réa­liste et éton­nant. Écrans digi­taux sur les murs pour visi­ter les plus grands musées de la ville choi­sie, réa­li­té aug­men­tée aux fenêtres pour se croire à Man­hat­tan ou dans la jungle Ama­zo­nienne, déco­ra­tion, mobi­lier… C’est à s’y méprendre ! De plus en plus de muni­ci­pa­li­tés font cette tran­si­tion et ouvrent l’accès à leur base de don­nées pour faire décou­vrir leur ville au monde entier à tra­vers ce système.

 

J’attends tou­jours de pou­voir lire ton écri­ture sur ma tablette, je n’ai plus de page blanche sur mon Moles­kine connec­té. J’utilise le ser­vice Out­look pour cette fois, même si je pré­fère écrire sur du papier qu’une tablette manus­crite. On peut se rejoindre sur Face­book Hori­zon quand tu le pour­ras pour par­ler de tout cela. C’est cool de pou­voir être dans un uni­vers qui n’appartient qu’à nous seule­ment mais je pré­fè­re­rais te voir en « vrai » à tra­vers la vidéo. J’ai fait l’acquisition de la der­nière nou­veau­té Sam­sung, Visio-On-The-Go, qui per­met de voir son inter­lo­cu­teur et en même temps de lui mon­trer ce que l’on voit en temps réel. Je pour­rais te faire faire le tour du quar­tier si cela te dit ? C’est assez simple, on enfile des lunettes et on place un har­nais sur torse, j’aimerais bien pou­voir l’essayer rapi­de­ment. On fait un petit tour et après on en parle « face à face » sur What­sapp ? J’espère qu’on pour­ra dis­cu­ter avant notre cours de danse de la semaine pro­chaine. Sinon, je te dis à ven­dre­di sur Online Dancing.

 

Ami­ca­le­ment,

Jean

 

PS : j’ai lu quelques pages de Jules Verne ce matin. Phi­leas Fogg est arri­vé à Hong-Kong, impos­sible de ne pas pen­ser à toi et  à cette aven­ture qui me tend les bras

 

 

Marc Beau­deaux, Plan­neur Stratégique
Illus­tra­tions par Del­phine Lami, Direc­trice de Création

 

Vous aussi, repensez le futur de l’innovation, et interrogez le rôle et l’avenir des marques grâce aux récits d'anticipations !
Retrouvez également la tribune de Kim Hartmann sur l'ADN

Mots clés : agence de bran­ding, récit pros­pec­tif, anticipation

 

2048 863 France